• Partager

Détail à la une

L'empreinte numérique des Directeurs de communication des sociétés du CAC 40

15/05/13

Communication & Entreprise et Occurrence publient le second baromètre sur l’empreinte numérique des directeurs de la communication du CAC 40 : les frontières entre sphère personnelle et sphère professionnelle se font de plus en plus poreuses.

Ce nouveau baromètre permet de présenter une sorte de photographie à un « temps T » de la présence web des Dircoms du CAC 40. C’est leur identité dématérialisée qui est ainsi présentée : elle s’appuie sur leur activisme sur le web et sur le web social. Elle prend également en compte leur présence voulue autant que leur présence subie (les Dircoms ne choisissent pas forcément d’être mis en avant, mais l’actualité de leur entreprise les place parfois sur le devant de la scène).

Cette nouvelle édition du baromètre présente un classement très différent de celui de l’année dernière (8 nouvelles entrées dans le classement). Ainsi, le trio de tête 2012, composé de Pierre Auberger (Bouygues), Pierre Bayle (EADS) et Caroline Guillaumin (Société Générale), se voit supplanté par Xavier Couture (France Telecom / Orange) qui réalise une entrée fracassante à la première place, suivi par Antoine Sire (BNP Paribas) et Simon Guilham (Vivendi).

Ce second baromètre est riche d’enseignements : on s’aperçoit ainsi que si l’empreinte numérique repose principalement sur des contenus non maitrisés (effet de vases communicants profondément attaché à la structure), elle est néanmoins la résultante de l’activisme personnel de chaque Dircom sur le net.

« Mes tweets n’engagent que moi »

Les Dircoms ont souvent un réseau de prédilection. En l’occurrence, pour les premiers du classement, c’est Twitter qui est le plus utilisé. Sur ce dernier, les usages diffèrent : certains collent scrupuleusement à l’actualité de leur entreprise et de son secteur, quand d’autres n’hésitent pas à sortir du champ professionnel… La recette du succès ?

Il est difficile de dégager des règles générales à partir de ce baromètre, qui par définition s'intéresse à des cas particuliers. Les facteurs étant multiples, il est important de relativiser l'empreinte voulue et l'empreinte subie. Néanmoins, l’observation des usages des réseaux sociaux par ceux qui sont sensés les dompter reste riche d’informations, et donne une idée des tendances émergentes. 

Le palmarès présente l’évolution par rapport à la précédente édition (février 2012) et la comparaison de l’empreinte de chaque Dircom avec le rang de leur entreprise au sein du CAC 40 (capitalisation boursière). 

Télécharger le baromètre

 

Haut de page

Pour en savoir plus